rocbo menu
Sténographie


Das Tironische Psalterium der Wolfenbütteler Bibliothek

Issus d'un même besoin (écrire rapidement et si possible à la vitesse de la parole), les systèmes d'écriture rapide remontent à fort longtemps. Selon les écrits de Diogène Laërce, les premières traces remonteraient à 430 av. J.-C., date à laquelle Xénophon aurait usé de sténographie pour transcrire les discours de Socrate. En 63 av. J.-C., Tiron, esclave de Cicéron, s'inspirant des notes grecques, inventa sa propre méthode de sténographie. Ses prises de notes ont été conservées. Tout d'abord, Tiron n'abrégeait que les mots les plus populaires en utilisant des indices de contexte. Puis il améliora sa méthode en abrégeant les phrases ou expressions les plus communes. On lui doit aussi l'invention de l'esperluète.

Il a existé une volonté de diffuser l’emploi du système tironien, et peut-être de l’imposer comme système d’écriture. Le capitulaire de Charlemagne (Aix-la-Chapelle, 789) mentionne les notes parmi les disciplines auxquelles tout jeune clerc doit être initié. Un manuel scolaire, copié à Saint-Remi de Reims au Xe siècle, montre que cette prescription n’est pas restée lettre morte. L'utilisation des notes passe des mains du personnel administratif entre celles des érudits lettrés. Ceux-ci découvrent vite les avantages des notes : le gain d’espace permet de loger facilement les remarques et commentaires entre les lignes ou dans les marges ; leur aspect spécifique élimine le risque de voir une annotation interprétée comme une correction ou un ajout. Deux niveaux de lecture se distinguent : tout ce qui est en notes est étranger au texte et ne doit pas être retranscrit avec lui.

- 1602, l'anglais John Willis publie le premier traité d'écriture abrégée.
- 1651, Jacques Cossard publie en France Méthode pour écrire aussi vite qu'on parle
- 1786, le système de John Willis est repris et simplifié par Samuel Taylor et utilisé
jusqu'au xixe siècle. C'est l'ancêtre de la sténographie.
- 1792, Théodore-Pierre Bertin introduit la méthode de Taylor en l'adaptant au français, dans un ouvrage publié sous le titre Système universel et complet de Sténographie.

- 1826, le système Prévost s’impose en France: sa caractéristique « est de ne pas exprimer les voyelles médiales, mais seulement les voyelles initiales et finales qui s’entendent, et de représenter toujours le même son par le même signe ».
- 1837, Sir Isaac Pitman invente une sténographie représentée par des lignes droites et courbes, utilisée en Angleterre et en Amérique du Nord.
- 1860, les frères Duployé mettent au point, en France, leur propre système qui se répand en Europe occidentale.
- 1867, le système Duployé, est présenté à l’exposition universelle.
- 1878, A. Delaunay améliore le système Prévost , le système prend le nom de Prévost-Delaunay et se veut « la perfection dans la vitesse ».
- 1888, les sténographies de Pitman et Duployé sont phonétiques. John Robert Gregg propose un autre système, géométrique et cursif, qui convainc les États-Unis et le Canada par sa simplicité.

Le système Prévost-Delaunay sera surtout utilisé dans le nord de la France, le système Duployé dans le sud.

Avec la diffusion de la machine à écrire, la sténographie se voit concurrencée par la sténotypie. Cette dernière invente ses propres systèmes de codification, plus adaptés à la saisie mécanique. Une sténotype se présente sous la forme d'une petite machine à écrire dont le clavier comporte un nombre de touches réduit.

D'après l'article « Sténographie » de wikipedia
et l'article Les notes tironiennes sur le site aedilis.irht.cnrs.fr

LOGO SPIP Réalisé sous Spip Hébergé par L'Autre.Net LOGO L'Autre.Net
Déclaré à la CNIL sous le n°1153442